Huawei contre-attaque avec une offensive en masse

huawei contre attaque.png

Les ambitions occidentales de l’entreprise sont en déclin depuis que les États-Unis ont interdit à Google d’accorder à la firme chinoise une licence pour sa technologie Android. Les consommateurs hors de Chine, où les services mobiles de Google sont largement indisponibles, considèrent que des applications comme Play Store sont inséparables d’Android lui-même.

La société ne fléchira pas devant les États-Unis



Le géant asiatique prévoit de maintenir à flot son activité paralysée dans le domaine des smartphones grâce aux inflagiciels d’Android, selon de nouveaux rapports. Cette initiative vise à remédier à la situation peu enviable dans laquelle se trouvait le second leader de smartphones l’année dernière. L’entreprise aurait présenté ce plan audacieux à ses partenaires d’Europe de l’Est en début de semaine.



Privée des services Google, l’entreprise a maintenant élaboré un plan logiciel solide pour atténuer les effets de ces limitations. En substance, elle prévoit de précharger ses futurs appareils Android avec une plus grande variété d’applications tierces.

La liste exacte dépendra du marché, car l’entreprise étudie naturellement les logiciels mobiles les plus populaires dans chaque région.

Outre des choix évidents tels que WhatsApp et Snapchat, la firme chinoise prévoit également de lancer des alternatives tierces aux applications mobiles de Google. L’amélioration de l’autonomie de son écosystème de smartphones est également le principal objectif de cette initiative.

Naturellement, nombreux sont ceux qui affirment que cette initiative est une mesure désespérée. L’effet secondaire de cette approche est que davantage d’utilisateurs trouveront leur nouveau téléphone intelligent rempli de ce qu’ils considèrent comme des logiciels de gonflement. Quoi qu’il en soit, le leader chinois saura faire face aux problèmes.

Inflagiciel ou pas, Google est certainement le seul perdant ici



De nouveaux substituts de Google App fabriqués par l’entreprise chinoise sont également en cours de réalisation. Le prochain service de ce type, une alternative à YouTube, sera lancé à l’échelle mondiale.

137621FF-0D68-4B9A-8C1F-D5D4E6B601E1.png

Les services mobiles de Huawei constitueront une partie importante des applications préchargées.

L’entreprise chinoise, qui souhaite offrir les services qu’elle ne peut obtenir de Google, a créé sa propre plateforme de services. Cette plateforme contient des alternatives aux services Google et la société travaille actuellement à rendre cette plateforme disponible dès que possible. Maintenant, elle se prépare à mettre en œuvre une nouvelle application qui empêchera les utilisateurs d’être victimisés.

Selon les informations, la société aura environ 70 applications préchargées sur les smartphones qui seront désormais publiées. Ces applications varient selon les pays et consistent généralement en des applications populaires disponibles sur le Google Play Store. En outre, elle proposera également des applications de développeurs indépendants dans différents pays installés sur des téléphones dans ce contexte.

La situation actuelle de la firme asiatique est loin d’être inattendue étant donné sa longue histoire de problèmes avec les régulateurs américains. Toutefois, l’impasse largement médiatisée a maintenant duré suffisamment longtemps pour que des conséquences de grande envergure soient inévitables.

À partir de maintenant, le leader chinois ne risque pas d’accepter de nouveau les applications du géant Google. Après des investissements massifs dans l’autonomie des applications mobiles, le conglomérat continuerait probablement à suivre cette voie même si les États-Unis levaient momentanément leur interdiction. C’est ce que ses responsables ont déclaré à de nombreuses reprises depuis le début de 2019.

La solution de contournement du géant chinois de la technologie semble durer ainsi jusqu’en mars. Parce qu’il offrira le nouveau produit phare P40 aux consommateurs en mars. Les rumeurs et les données révélées à ce jour montrent que la société mondialisera ses services mobiles d’ici mars et lancera la série P40 avec ces services.

Huawei étant toujours le deuxième plus grand fabricant de smartphones de la planète, ses problèmes aux États-Unis vont sans aucun doute affaiblir l’emprise de Google sur le marché mondial des mobiles.
 
Dernière édition:

Commentaires

Créer un compte pour répondre

Créez un compte, c'est facile et gratuit !